Chargement ...
Prendre rendez-vous
Prendre rendez-vous en ligne

Chirurgie vitréo-rétinienne

Cette chirurgie peut être réalisée en urgence ou à froid selon les situations. Décollement de rétine, membrane épirétinienne et trou maculaire sont les principales pathologies rétiniennes pouvant bénéficier de cette chirurgie.

Chirurgie vitréo-rétinienne

Cette chirurgie peut être réalisée en urgence ou à froid selon les situations. Décollement de rétine, membrane épirétinienne et trou maculaire sont les principales pathologies rétiniennes pouvant bénéficier de cette chirurgie.

Tout savoir sur la chirurgie vitréo-rétinienne
DÉCOLLEMENT DE RÉTINE
• Quels sont les symptômes ?
• Quels sont les traitements ?
MEMBRANE ÉPIRÉTINIENNE
• Quels sont les symptômes ?
• Quels sont les traitements ?
TROU MACULAIRE
• Quels sont les symptômes ?
• Quels sont les traitements ?
DÉCOLLEMENT DE RÉTINE

Le décollement de rétine, la rétine se détache de son support anatomique la choroïde. Ceci a pour effet d’entrainer une baisse de vision rapide voire brutale. La récupération fonctionnelle est dépendante de la précocité de son diagnostic. Le DR se présente anatomiquement par la présence anormale de liquide sous la rétine. Ce passage de liquide sous la rétine est permis grâce à la présence de déhiscences ou déchirures rétiniennes qui seront scellées lors de la chirurgie.
L’organisation anatomique de l’œil se rapproche de celle d’un appareil photographique. La cornée/cristallin correspondraient à l’objectif de votre appareil et la rétine à la pellicule. En cas de décollement de rétine, la vision baisse drastiquement du fait de l’atteinte de cette pellicule. Il est urgent d’intervenir afin de permettre la meilleure récupération fonctionnelle possible.

• Quels sont les symptômes ?

Les signes devant alerter devant un décollement de rétine sont : 

  • Les myodésospies : la présence de « mouches voulantes » dans le champ de vision
  • Les phosphènes : la présence de « d’éclairs lumineux » se rapportant à des tractions anormales entre le vitré et la rétine
  • L’amputation progressive du champ visuel d’autant plus gênante qu’elle s’étend et se rapproche du « centre de la vision »
  • Une baisse d’acuité visuelle rapidement progressive (quelques jours)
  • Les métamorphopsies ou d’ondulation des lignes droites

Les facteurs de risques les plus fréquents dans le cadre du décollement de rétine sont : les antécédents familiaux ou personnel de DR, la myopie, la chirurgie  de  la  cataracte,  les   traumatismes… 
 

• Quels sont les traitements ?

Selon la topographie de votre décollement de rétine et de son étendu, votre chirurgien ophtalmologiste peut vous proposer différentes solutions chirurgicales.

  • Vitrectomie & Gaz

Dans la plupart des cas, la chirurgie est réalisée sous anesthésie locale et se déroule en ambulatoire. La chirurgie la plus fréquente consiste en une vitrectomie et injection de gaz. La vitrectomie consiste simplement à enlever le vitré (substance gélatineuse présente naturellement dans l’œil) afin d’accéder à la rétine et de pouvoir la « recoller » à son support anatomique puis de le remplacer temporairement par du gaz. La fermeture des lésions à l’origine du décollement de rétine (déhiscences) se fait par l’intermédiaire d’un endolaser et/ou par cryothérapie.

  • Cryo-indentation 

Dans certains cas, il est possible de ré-appliquer la rétine sans rentrer chirurgicalement dans l’œil. Cette méthode suppose de fixer en périphérie de l’œil une bande afin de rapprocher la rétine de son support anatomique (en comprimant mécaniquement la sclère). Cette opération se réalise sous anesthésie générale. La fermeture des déhiscences se fait par cryothérapie.

  • Informations complémentaires

https://www.sfo.asso.fr/files/files/FICHE-INFO-PATIENT_/16_Operation_du_decollement_de_retine.pdf

MEMBRANE ÉPIRÉTINIENNE

La membrane épirétinienne maculaire (MER) correspond à une prolifération fibrocellulaire sur la surface interne de la rétine, généralement centrée sur la macula responsable de l’acuité visuelle centrale.
Généralement, il s’agit d’une affection acquise et idiopathique, c’est-à-dire sans facteur favorisant. A l’inverse il peut exister des MER dites « secondaires » c’est à dire associées à une pathologie sous-jacente (décollement de rétine Macula Pucker ; inflammation ou infection intraoculaire, traumatisme …).  Les MER idiopathiques sont plus fréquents après 50 ans, peuvent être présentes de manière bilatérale chez jusqu'à 20 % des patients1.

 

• Quels sont les symptômes ?

Métamorphopsie

Bien qu’invalidante et altérant la qualité de vie, la MER épirétinienne ne mène jamais à la cécité complète.

• Quels sont les traitements ?

​Suivant l’importance de la déformation exercée par la MER sur la macula, différentes options thérapeutiques peuvent être envisagées.

  1. Surveillance :

    Une simple surveillance peut être programmée si la gêne visuelle est inexistante ou faible. Une autosurveillance des symptômes et un contrôle rapproché restent néanmoins primordiaux.

  2. Chirurgical :

    Si la gêne est retentissante sur l’acuité visuelle avec présence de métamorphopsies (déformations), il est conseillé d’opérer. La chirurgie réalisée en ambulatoire et sous anesthésie locale a pour but d’enlever délicatement la membrane en préservant la rétine sous-jacente.

TROU MACULAIRE

Le trou maculaire (TM) correspond à une ouverture de pleine épaisseur de la rétine et plus précisément de la macula. Dans la majorité des cas, cette pathologie est liée à des tractions anormales survenant entre le gel vitréen et la rétine. Les principaux facteurs de risques sont l’âge (> 65ans) et le sexe féminin.

• Quels sont les symptômes ?

La macula étant le siège de la vision centrale et des détails, le trou maculaire entraîne par conséquent une atteinte sévère de la vision (scotome central, baisse de l’acuité visuelle).

• Quels sont les traitements ?

En l’absence de traitement chirurgical, la récupération visuelle est impossible. Seul un traitement chirurgical sous anesthésie locale permet d’améliorer le pronostic visuel. 

La chirurgie consiste à fermer le trou maculaire en retirant chirurgicalement toutes les structures empêchant la fermeture du trou (vitrectomie +/- pelage). En fin de chirurgie, un gaz est injecté dans l’œil permettant d’améliorer le taux de fermeture. A l’issue de la chirurgie, un positionnement est nécessaire afin de faciliter la fermeture du TM. 

A noter que l’injection per opératoire de gaz nécessite une surveillance particulière en post opératoire.

Chirurgie vitréo-rétinienne

Cette chirurgie peut être réalisée en urgence ou à froid selon les situations. Décollement de rétine, membrane épirétinienne et trou maculaire sont les principales pathologies rétiniennes pouvant bénéficier de cette chirurgie.

Chirurgie vitréo-rétinienne

Cette chirurgie peut être réalisée en urgence ou à froid selon les situations. Décollement de rétine, membrane épirétinienne et trou maculaire sont les principales pathologies rétiniennes pouvant bénéficier de cette chirurgie.

Tout savoir sur la chirurgie vitréo-rétinienne
DÉCOLLEMENT DE RÉTINE
• Quels sont les symptômes ?
• Quels sont les traitements ?
MEMBRANE ÉPIRÉTINIENNE
• Quels sont les symptômes ?
• Quels sont les traitements ?
TROU MACULAIRE
• Quels sont les symptômes ?
• Quels sont les traitements ?
DÉCOLLEMENT DE RÉTINE

Le décollement de rétine, la rétine se détache de son support anatomique la choroïde. Ceci a pour effet d’entrainer une baisse de vision rapide voire brutale. La récupération fonctionnelle est dépendante de la précocité de son diagnostic. Le DR se présente anatomiquement par la présence anormale de liquide sous la rétine. Ce passage de liquide sous la rétine est permis grâce à la présence de déhiscences ou déchirures rétiniennes qui seront scellées lors de la chirurgie.
L’organisation anatomique de l’œil se rapproche de celle d’un appareil photographique. La cornée/cristallin correspondraient à l’objectif de votre appareil et la rétine à la pellicule. En cas de décollement de rétine, la vision baisse drastiquement du fait de l’atteinte de cette pellicule. Il est urgent d’intervenir afin de permettre la meilleure récupération fonctionnelle possible.

• Quels sont les symptômes ?

Les signes devant alerter devant un décollement de rétine sont : 

  • Les myodésospies : la présence de « mouches voulantes » dans le champ de vision
  • Les phosphènes : la présence de « d’éclairs lumineux » se rapportant à des tractions anormales entre le vitré et la rétine
  • L’amputation progressive du champ visuel d’autant plus gênante qu’elle s’étend et se rapproche du « centre de la vision »
  • Une baisse d’acuité visuelle rapidement progressive (quelques jours)
  • Les métamorphopsies ou d’ondulation des lignes droites

Les facteurs de risques les plus fréquents dans le cadre du décollement de rétine sont : les antécédents familiaux ou personnel de DR, la myopie, la chirurgie  de  la  cataracte,  les   traumatismes… 
 

• Quels sont les traitements ?

Selon la topographie de votre décollement de rétine et de son étendu, votre chirurgien ophtalmologiste peut vous proposer différentes solutions chirurgicales.

  • Vitrectomie & Gaz

Dans la plupart des cas, la chirurgie est réalisée sous anesthésie locale et se déroule en ambulatoire. La chirurgie la plus fréquente consiste en une vitrectomie et injection de gaz. La vitrectomie consiste simplement à enlever le vitré (substance gélatineuse présente naturellement dans l’œil) afin d’accéder à la rétine et de pouvoir la « recoller » à son support anatomique puis de le remplacer temporairement par du gaz. La fermeture des lésions à l’origine du décollement de rétine (déhiscences) se fait par l’intermédiaire d’un endolaser et/ou par cryothérapie.

  • Cryo-indentation 

Dans certains cas, il est possible de ré-appliquer la rétine sans rentrer chirurgicalement dans l’œil. Cette méthode suppose de fixer en périphérie de l’œil une bande afin de rapprocher la rétine de son support anatomique (en comprimant mécaniquement la sclère). Cette opération se réalise sous anesthésie générale. La fermeture des déhiscences se fait par cryothérapie.

  • Informations complémentaires

https://www.sfo.asso.fr/files/files/FICHE-INFO-PATIENT_/16_Operation_du_decollement_de_retine.pdf

MEMBRANE ÉPIRÉTINIENNE

La membrane épirétinienne maculaire (MER) correspond à une prolifération fibrocellulaire sur la surface interne de la rétine, généralement centrée sur la macula responsable de l’acuité visuelle centrale.
Généralement, il s’agit d’une affection acquise et idiopathique, c’est-à-dire sans facteur favorisant. A l’inverse il peut exister des MER dites « secondaires » c’est à dire associées à une pathologie sous-jacente (décollement de rétine Macula Pucker ; inflammation ou infection intraoculaire, traumatisme …).  Les MER idiopathiques sont plus fréquents après 50 ans, peuvent être présentes de manière bilatérale chez jusqu'à 20 % des patients1.

 

• Quels sont les symptômes ?

Métamorphopsie

Bien qu’invalidante et altérant la qualité de vie, la MER épirétinienne ne mène jamais à la cécité complète.

• Quels sont les traitements ?

​Suivant l’importance de la déformation exercée par la MER sur la macula, différentes options thérapeutiques peuvent être envisagées.

  1. Surveillance :

    Une simple surveillance peut être programmée si la gêne visuelle est inexistante ou faible. Une autosurveillance des symptômes et un contrôle rapproché restent néanmoins primordiaux.

  2. Chirurgical :

    Si la gêne est retentissante sur l’acuité visuelle avec présence de métamorphopsies (déformations), il est conseillé d’opérer. La chirurgie réalisée en ambulatoire et sous anesthésie locale a pour but d’enlever délicatement la membrane en préservant la rétine sous-jacente.

TROU MACULAIRE

Le trou maculaire (TM) correspond à une ouverture de pleine épaisseur de la rétine et plus précisément de la macula. Dans la majorité des cas, cette pathologie est liée à des tractions anormales survenant entre le gel vitréen et la rétine. Les principaux facteurs de risques sont l’âge (> 65ans) et le sexe féminin.

• Quels sont les symptômes ?

La macula étant le siège de la vision centrale et des détails, le trou maculaire entraîne par conséquent une atteinte sévère de la vision (scotome central, baisse de l’acuité visuelle).

• Quels sont les traitements ?

En l’absence de traitement chirurgical, la récupération visuelle est impossible. Seul un traitement chirurgical sous anesthésie locale permet d’améliorer le pronostic visuel. 

La chirurgie consiste à fermer le trou maculaire en retirant chirurgicalement toutes les structures empêchant la fermeture du trou (vitrectomie +/- pelage). En fin de chirurgie, un gaz est injecté dans l’œil permettant d’améliorer le taux de fermeture. A l’issue de la chirurgie, un positionnement est nécessaire afin de faciliter la fermeture du TM. 

A noter que l’injection per opératoire de gaz nécessite une surveillance particulière en post opératoire.

Chirurgie vitréo-rétinienne

Cette chirurgie peut être réalisée en urgence ou à froid selon les situations. Décollement de rétine, membrane épirétinienne et trou maculaire sont les principales pathologies rétiniennes pouvant bénéficier de cette chirurgie.

Chirurgie vitréo-rétinienne

Cette chirurgie peut être réalisée en urgence ou à froid selon les situations. Décollement de rétine, membrane épirétinienne et trou maculaire sont les principales pathologies rétiniennes pouvant bénéficier de cette chirurgie.

Tout savoir sur la chirurgie vitréo-rétinienne
DÉCOLLEMENT DE RÉTINE
• Quels sont les symptômes ?
• Quels sont les traitements ?
MEMBRANE ÉPIRÉTINIENNE
• Quels sont les symptômes ?
• Quels sont les traitements ?
TROU MACULAIRE
• Quels sont les symptômes ?
• Quels sont les traitements ?
DÉCOLLEMENT DE RÉTINE

Le décollement de rétine, la rétine se détache de son support anatomique la choroïde. Ceci a pour effet d’entrainer une baisse de vision rapide voire brutale. La récupération fonctionnelle est dépendante de la précocité de son diagnostic. Le DR se présente anatomiquement par la présence anormale de liquide sous la rétine. Ce passage de liquide sous la rétine est permis grâce à la présence de déhiscences ou déchirures rétiniennes qui seront scellées lors de la chirurgie.
L’organisation anatomique de l’œil se rapproche de celle d’un appareil photographique. La cornée/cristallin correspondraient à l’objectif de votre appareil et la rétine à la pellicule. En cas de décollement de rétine, la vision baisse drastiquement du fait de l’atteinte de cette pellicule. Il est urgent d’intervenir afin de permettre la meilleure récupération fonctionnelle possible.

• Quels sont les symptômes ?

Les signes devant alerter devant un décollement de rétine sont : 

  • Les myodésospies : la présence de « mouches voulantes » dans le champ de vision
  • Les phosphènes : la présence de « d’éclairs lumineux » se rapportant à des tractions anormales entre le vitré et la rétine
  • L’amputation progressive du champ visuel d’autant plus gênante qu’elle s’étend et se rapproche du « centre de la vision »
  • Une baisse d’acuité visuelle rapidement progressive (quelques jours)
  • Les métamorphopsies ou d’ondulation des lignes droites

Les facteurs de risques les plus fréquents dans le cadre du décollement de rétine sont : les antécédents familiaux ou personnel de DR, la myopie, la chirurgie  de  la  cataracte,  les   traumatismes… 
 

• Quels sont les traitements ?

Selon la topographie de votre décollement de rétine et de son étendu, votre chirurgien ophtalmologiste peut vous proposer différentes solutions chirurgicales.

  • Vitrectomie & Gaz

Dans la plupart des cas, la chirurgie est réalisée sous anesthésie locale et se déroule en ambulatoire. La chirurgie la plus fréquente consiste en une vitrectomie et injection de gaz. La vitrectomie consiste simplement à enlever le vitré (substance gélatineuse présente naturellement dans l’œil) afin d’accéder à la rétine et de pouvoir la « recoller » à son support anatomique puis de le remplacer temporairement par du gaz. La fermeture des lésions à l’origine du décollement de rétine (déhiscences) se fait par l’intermédiaire d’un endolaser et/ou par cryothérapie.

  • Cryo-indentation 

Dans certains cas, il est possible de ré-appliquer la rétine sans rentrer chirurgicalement dans l’œil. Cette méthode suppose de fixer en périphérie de l’œil une bande afin de rapprocher la rétine de son support anatomique (en comprimant mécaniquement la sclère). Cette opération se réalise sous anesthésie générale. La fermeture des déhiscences se fait par cryothérapie.

  • Informations complémentaires

https://www.sfo.asso.fr/files/files/FICHE-INFO-PATIENT_/16_Operation_du_decollement_de_retine.pdf

MEMBRANE ÉPIRÉTINIENNE

La membrane épirétinienne maculaire (MER) correspond à une prolifération fibrocellulaire sur la surface interne de la rétine, généralement centrée sur la macula responsable de l’acuité visuelle centrale.
Généralement, il s’agit d’une affection acquise et idiopathique, c’est-à-dire sans facteur favorisant. A l’inverse il peut exister des MER dites « secondaires » c’est à dire associées à une pathologie sous-jacente (décollement de rétine Macula Pucker ; inflammation ou infection intraoculaire, traumatisme …).  Les MER idiopathiques sont plus fréquents après 50 ans, peuvent être présentes de manière bilatérale chez jusqu'à 20 % des patients1.

 

• Quels sont les symptômes ?

Métamorphopsie

Bien qu’invalidante et altérant la qualité de vie, la MER épirétinienne ne mène jamais à la cécité complète.

• Quels sont les traitements ?

​Suivant l’importance de la déformation exercée par la MER sur la macula, différentes options thérapeutiques peuvent être envisagées.

  1. Surveillance :

    Une simple surveillance peut être programmée si la gêne visuelle est inexistante ou faible. Une autosurveillance des symptômes et un contrôle rapproché restent néanmoins primordiaux.

  2. Chirurgical :

    Si la gêne est retentissante sur l’acuité visuelle avec présence de métamorphopsies (déformations), il est conseillé d’opérer. La chirurgie réalisée en ambulatoire et sous anesthésie locale a pour but d’enlever délicatement la membrane en préservant la rétine sous-jacente.

TROU MACULAIRE

Le trou maculaire (TM) correspond à une ouverture de pleine épaisseur de la rétine et plus précisément de la macula. Dans la majorité des cas, cette pathologie est liée à des tractions anormales survenant entre le gel vitréen et la rétine. Les principaux facteurs de risques sont l’âge (> 65ans) et le sexe féminin.

• Quels sont les symptômes ?

La macula étant le siège de la vision centrale et des détails, le trou maculaire entraîne par conséquent une atteinte sévère de la vision (scotome central, baisse de l’acuité visuelle).

• Quels sont les traitements ?

En l’absence de traitement chirurgical, la récupération visuelle est impossible. Seul un traitement chirurgical sous anesthésie locale permet d’améliorer le pronostic visuel. 

La chirurgie consiste à fermer le trou maculaire en retirant chirurgicalement toutes les structures empêchant la fermeture du trou (vitrectomie +/- pelage). En fin de chirurgie, un gaz est injecté dans l’œil permettant d’améliorer le taux de fermeture. A l’issue de la chirurgie, un positionnement est nécessaire afin de faciliter la fermeture du TM. 

A noter que l’injection per opératoire de gaz nécessite une surveillance particulière en post opératoire.